Troteval 2009

 

Le chargement du petit film peut durer un certain temps ..

 

 

 

 

 

 

 

 

 
MONTREAL - Les Fusiliers Mont-Royal, le plus ancien bataillon francophone montréalais encore en existence, auront droit à un honneur particulier, dimanche, en France, dans le cadre des commémorations de la Bataille de Normandie.

Le forum Le Monde en guerre, qui regroupe 2000 passionnés d'histoire, tiendra alors une cérémonie au cours de laquelle sera dévoilée une stèle de granit noir en hommage aux quelque 400 soldats canadiens tombés sur les fermes de Troteval et de Beauvoir, dans la commune de Saint-Martin-de-Fontenay, près de Caen, entre le 20 et le 23 juillet 1944.

"Le Débarquement (de Normandie) a eu lieu le 6 juin, puis il y a ensuite eu différentes batailles pour aller chercher le territoire et libérer les villages", a expliqué le nouveau commandant des Fusiliers, le lieutenant-colonel Francis Roy.

Les Fusiliers Mont-Royal ont d'abord pris les deux fermes d'assaut le 20 juillet 1944, mais les Allemands, beaucoup plus nombreux et mieux équipés qu'eux, les ont vaincus, tuant plus de la moitié d'entre eux.

"Le soir du 23 juillet, les Fusiliers Mont-Royal ont repris les fermes de Troteval et de Beauvoir, mais ont perdu pratiquement 65 pour cent de leurs effectifs", a raconté Stéphane Delogu, le créateur du forum, en entrevue téléphonique à La Presse Canadienne.

Certains ont aussi été faits prisonniers par les Allemands. Le soldat Fernand Louis Papillon, qui vit aujourd'hui à Québec, était du nombre. Il n'a été libéré qu'en avril 1945.

"C'a été un combat suicide, s'est-il rappelé en entrevue. On n'avait pas de ravitaillement, on a manqué de munitions."

C'est le jour de son 22e anniversaire que M. Papillon a été pris par l'armée d'Adolf Hitler. Bien qu'il n'ait pas eu à subir le même sort que des millions de Juifs, ses conditions de détention étaient terribles. Il a dû travailler sur des chemins de fer et dans des mines de charbon, entre autres.

"On était obligés de travailler pour être nourris, a-t-il précisé. On mangeait deux tranches de pain par jour et un bol de soupe à tous les soirs quand on revenait au camp. C'a été dur. En 10 mois, j'ai perdu à peu près 40 livres. J'en ai des petits souvenirs de temps en temps, qui ne sont pas toujours agréables, mais on passe à travers."

"Je n'ai pas été blessé au front, j'ai été blessé en arrière du front, dans la tête", a lancé l'homme maintenant âgé de 87 ans.

"Quand tu es fait prisonnier, tu ne sais pas c'est pour combien de temps, a ajouté Fernand Louis Papillon. Est-ce qu'on va gagner la guerre? C'est ça qui était le pire."

De la vingtaine de Canadiens avec qui il a vécu dans un camp de prisonniers allemand, il n'en reste que quelques-uns encore en vie. Ils se voient quand ils le peuvent. "Ces liens, c'est plus proche que des liens de frères. Des liens de guerre, on n'oublie pas ça."

La cérémonie de dimanche aura lieu sur la ferme de Troteval.

Le forum Le Monde en guerre a formé l'association Remember 39-45 entre autres pour financer l'érection du monument. L'association a récolté près de 2500 euros (environ 3900 $ CAN) en France, en Belgique, en Suisse, en Thaïlande, au Japon et au Canada.

"C'est une grande première, a souligné M. Delogu. C'est une stèle qui a été entièrement financée par une collecte organisée sur un forum. Ca nous y tenons beaucoup, parce que ce n'était jamais arrivé jusqu'à maintenant."

Le lieutenant-colonel Roy devait prendre l'avion vendredi pour assister à l'inauguration de la stèle. Il aurait aimé pouvoir être accompagné de quelques survivants de l'assaut des Fusiliers sur les deux fermes, mais leur état de santé ne le permettait pas. C'est notamment le cas de M. Papillon, qui regardera les différentes cérémonies de la fin de semaine à la télévision.

"Il ne reste plus beaucoup de vétérans en condition d'assister à ces événements-là, a fait remarquer le commandant des Fusiliers Mont-Royal. C'aurait été émouvant, c'est sûr."

L'événement sera l'occasion de plusieurs discours. On y chantera également l'hymne national du Canada, puis le lieutenant-colonel Francis Roy et le propriétaire de la ferme, Guy Frimout, dévoileront la stèle. Finalement, tous les participants viendront déposer des feuilles d'érable et des galets au pied du monument.

Nouvelles de ©La Presse Canadienne, 2009